Appréhendez le choc culturel

Le choc culturel – comment l’atténuer ?

Bien des gens qui voyagent ou habitent à l’étranger subissent une période d’ajustement culturel que l’on appelle communément « le choc culturel ». Son intensité varie d’une personne à l’autre, mais il touche la plupart des gens.

Pendant la première phase du voyage qu’on appelle communément « la lune de miel » la plupart des rencontres sont perçues comme étant stimulantes et positives. Toutefois, dans un deuxième temps qu’on appelle parfois « le choc culturel » les étrangers éprouvent un sentiment de déracinement et de malaise général. Les symptômes comprennent :

  • de la colère, de l’inconfort, de la confusion, de la frustration, de l’irritabilité et une perte du sens de l’humour;
  • l’isolement : certaines personnes passent beaucoup de temps seules ou encore ne fréquentent que les personnes de leur communauté d’origine ou d’autres étrangers, évitant tout contact avec la population locale;
  • des sentiments défavorables à l’encontre des habitants et de la culture du pays d’accueil;
  • une consommation excessive de nourriture et de boisson ou un besoin accru de dormir;
  • de la fatigue, de l’ennui et une incapacité de se concentrer ou de travailler efficacement.

Dans un troisième et dernier temps — appelé « l’ajustement » — les étrangers commencent à accepter leur nouveau milieu et font un compromis entre « la lune de miel » et l’étape du «choc culturel».

Afin de mieux affronter le choc culturel, il est important d’en reconnaître les symptômes.

Attention : à votre retour vous vivrez peut-être « le choc culturel inverse ». Soyez prêt à vivre une période de réadaptation à votre retour dans votre pays d’origine.
 

Stratégies d’ajustement

Le meilleur moyen de lutter contre les différents effets du choc culturel consiste probablement à faire un effort conscient pour s’adapter à la culture. Voici quelques suggestions qui vous aideront à vous sentir plus à l’aise dans votre nouveau milieu de vie :

  • Admettez la présence de ces effets. Ce n’est pas un signe de faiblesse que d’admettre que vous vous sentez mal à l’aise, tendu ou confus. Et si cette situation devait perdurer, n’hésitez pas à demander des conseils personnalisés en consultant le guichet étudiants.
  • Apprenez les règles de la vie au pays d’accueil. Essayez de comprendre comment et pourquoi les habitants font les choses qu’ils font. Leur comportement et leurs coutumes peuvent être différents des vôtres. Evitez de porter un jugement, ils ne sont ni meilleurs ni pires.
  • Participez à certaines activités sportives ou culturelles. Initiez-vous à un art, à la musique, à un sport ou encore à un art martial. Devenez membre d’une association de l’EPFL ou prenez part à l’une des activités proposées. Le fait d’y mettre du cœur vous rendra la vie plus intéressante.
  • Prenez le temps d’apprendre la langue. Les choses sont toujours plus faciles lorsque l’on comprend ce que disent les gens. Ceux-ci apprécieront l’effort que vous faites pour communiquer avec eux dans leur langue, même si vous ne connaissez que quelques phrases simples, et cela vous facilitera la vie. Procurez-vous un petit carnet dans lequel vous noterez les nouveaux mots que vous rencontrerez chaque jour. Utilisez un lexique de « petite conversation » afin d’apprendre le vocabulaire dont vous avez besoin pour faciliter les situations véritables. Suivez des cours gratuits au centre de langues de l’EPFL ou faites un tandem
  • Prenez soin de vous. Mangez bien, faites de l’exercice et dormez suffisamment. Limitez la consommation d’alcool.
  • Promenez-vous. Mettez-vous dans la peau d’un touriste et découvrez les beautés du pays.
  • Faites-vous des amis et nouez des liens. Faire la connaissance de la population locale vous aidera à surmonter les différences culturelles et à connaître le pays. Cela vous aidera aussi à être plus sensible par rapport aux normes et coutumes de cette culture. Vous pouvez également faire appel à un coach de l’EPFL qui vous aidera à mieux appréhender la vie quotidienne et la vie académique sur le campus.
  • Restez en contact avec vos proches dans votre pays d’origine. Écrivez-leur et parlez-leur de vos expériences et de vos problèmes. Cela vous aidera à y voir clair.
  • Faites quelque chose qui vous rappelle « la maison ». Écouter la musique ou pratiquer un passe-temps familier est un excellent remède contre le mal du pays.
  • Évitez d’idéaliser la vie dans votre pays d’origine. Tâchez de profiter au maximum de votre séjour et soyez ouvert d’esprit.
     

 

Source : Affaires étrangères et Commerce international Canada – voyage.gc.ca