Passer à l’emploi

Avis de recruteurs et de conseillers dans le domaine de l’emploi:

Selon ces professionnels en ressources humaines, il est difficile de passer à l’emploi avec seulement une maturité en poche, mais cela reste possible.

Actuellement, les titres intermédiaires universitaires en tant que tels n’ont pas de valeur sur le marché du travail. Ils peuvent seulement attester de compétences.

Si vous choisissez néanmoins de passer à l’emploi, plusieurs points sont importants :

Faites un bilan de votre situation

Qu’est-ce que les études à l’EPFL vous ont appris ? Quels sont vos nouveaux objectifs ? Quels moyens vous donnez-vous pour y parvenir ?

Il est indispensable de réfléchir à ces questions. Cela peut se faire seul, à l’aide des outils proposés par ce site (bilan personnel), ou encore avec l’appui d’un conseiller en orientation.

Pensez formation

La maturité n’étant pas une formation professionnelle, apprendre un métier, même rapidement, semble une option à ne pas négliger.

Restez donc ouvert à des apprentissages accélérés, des formations en emploi ou des cours du soir.

Ciblez

N’envoyez pas des dossiers de candidature tout de suite et n’importe où. Au contraire, prenez le temps de bien réfléchir aux différents secteurs qui vous intéressent, et essayez même d’en découvrir de nouveaux.

Visez les entreprises qui vous plaisent, et qui offrent des perspectives de carrière. Vous entrerez peut-être par la petite porte, mais pensez à votre évolution future au sein de l’entreprise si vous avez un certain potentiel.

Ciblez vos lettres de motivation en constituant un dossier spécifique à chaque offre.

Sachez vous mettre en valeur

Attention, ne vous dévalorisez pas ( » je n’ai fait qu’une maturité « ,  » je n’ai fait que deux ans d’EPFL ») ! Au contraire, en vous aidant du bilan « Valoriser vos acquis« , réfléchissez à tout ce que vous avez acquis dans votre parcours de vie (activités associatives, petits jobs, stages, organisation de manifestations,…), et à l’EPFL (travail en groupe dans un séminaire, connaissances spécifiques, méthodes de travail,…). Même si des compétences vous paraissent aller de soi, mettez-les en avant, ainsi que votre jeunesse et votre motivation à travailler ! Ce sont ces atouts différents d’un diplôme qui peuvent vous différencier des autres candidats.

Lors de l’entretien d’embauche, le recruteur vous questionnera sans doute sur votre échec, mais avec l’idée de comprendre les raisons personnelles qui le sous-tendent. D’où l’importance de bien y réfléchir avant ! C’est le parcours dans son ensemble qui sera regardé, et non l’échec.